La révision : le Saint Graal

De toutes les étapes du processus de traduction, la révision est sans aucun doute la plus importante. Or, c’est souvent là que le bât blesse.

Certains dictionnaires définissent la révision comme le contrôle et éventuellement la correction de documents, textes, etc.

Dans le cas d’une traduction, la révision implique toutefois qu’un second traducteur, qui a la langue cible pour langue maternelle et maîtrise le sujet du texte, compare le texte source et le texte cible phrase par phrase.

Il vérifie si tout a été correctement traduit, non seulement d’un point de vue linguistique, mais également en termes de contenu. En effet, il peut arriver, même aux meilleurs traducteurs, de laisser passer une erreur.

Les erreurs potentielles sont de natures diverses : elles peuvent concerner l’orthographe, la grammaire, l’interprétation du texte, la retranscription des chiffres, la ponctuation, etc.

Les agences de traduction abordent la révision selon des méthodes très variées. Si certains bureaux effectuent une révision telle que décrite ci-avant, d’autres ne révisent qu’un échantillon ou font simplement passer la traduction dans un logiciel. D’autres agences encore n’effectuent absolument aucune révision, mais vous la facturent tout de même. Il s’agit, dans ce cas, d’intermédiaires sans aucune valeur ajoutée.

Disposer de certifications ISO est loin de garantir un travail de qualité. En effet, selon la norme ISO, il suffit d’ouvrir et de refermer un document pour effectuer une « révision ».

Si vous collaborez avec une agence de traduction ou un traducteur indépendant, vérifiez soigneusement qu’une véritable révision soit effectuée. Ne croyez pas l’agence ou le traducteur sur parole.